Se déroule en ce moment le CES (Consumer Electronic Show) à Las Vegas, le salon mondial le plus médiatisé de l’électronique grand publique.

En effet, le CES est certes l’évènement le plus médiatisé, mais au fil des années il devient moins référent que par le passé. D’autres grands salons internationaux en Europe, au Moyen-Orient, ou en Asie, sont soient plus grands, soient avec des thématiques plus pragmatiques qui collent à la réalité du marché et des tendances (MWC Barcelone, WebSummit Lisbonne, GITEX Dubaï, VIVA Technology Paris, IFA Berlin, CEBIT Hanovre, CEATEC Japan …).

Le CES reste néanmoins une grille de lecture intéressante de l’influence des startups et firmes Américaines principalement, et nous prendrons le temps dans les années à venir d’y aller pour des missions de veilles et de découvertes réelles, et partager nos impressions avec vous.

Concernant l’innovation Française, il y a clairement une dynamique d’innovation qui s’exprime depuis 8, 9 ans, et les concours, campagnes de promotion, salons de startups fleurissent un peu partout aux 4 coins de l’hexagone.

Il faut dire que c’est une tendance qui plait à tout le monde car toutes les tranches d’âges se mettent à vouloir créer une startup, et c’est plutôt un phénomène positif dans la démocratisation d’une forme d’entreprenariat.

[/vc_column_text][vc_single_image image=”19489″ img_size=”large” alignment=”center”][vc_column_text]

Néanmoins dans les faits, il y a en réalité 8 à 9 startups sur 10 qui “meurent” dans les 3 ans de leur création, les levées de fonds qui sont le nerf de la guerre de la vie d’une startup sont très frileuses et complexes en France, et le nombre de licorne (Blablacar, Criteo, Ventes-Privées) est assez faible et témoigne de la difficulté des startups françaises à perdurer dans le temps.

Cependant, pour être une “licorne” il faut avoir une forte croissance, avoir levée beaucoup de fonds et exister sur le territoire depuis au moins 10 ans … 10 ans c’est peut-être le temps qu’il manque encore à certaines startups françaises pour faire réellement émerger plusieurs autres licornes.

Attention : malgré tout, nous pensons que cette tendance à promouvoir des startups à tout bout de champ doit se faire avec plus d’accompagnement et d’expérience en s’appuyant sur des structures sérieuses existantes (associations, pépinières, incubateurs) avec la possibilité d’en tester plusieurs … car certaines structures privées n’hésitent pas à vous presser dans vos projets pour qu’elles puissent se servir de votre réussite et se valoriser … ou de vous laisser périr si vous n’avancez pas, sans vous apporter l’appui nécessaire (formation, moyens, …) dont vous auriez besoin.

Avant de créer votre startup, renseigner vous donc clairement sur :

  • Ce que cela implique ?
  • Est-ce qu’une structure de fonctionnement type « startup » est réellement ce qui peut vous convenir ?
  • Votre créativité, votre expérience (pro ou de vie) répondent-elles à des véritables besoins et sont-elles un plus ?
  • Êtes-vous passionnés et prêts à vous « battre » pour défendre votre innovation et votre projet pour vous faire accompagner (financièrement ou conseil ou locaux ou associés, collaborateurs, …) ?
  • Ne créez pas une startup juste pour créer une startup, parce que c’est tendance …

Lamine Talakela – CEO Consulting TIME, MotDiese

Related Posts